8 mai 1945 : Victoire alliée et massacre de masse en Algérie

« L’histoire est  toujours écrite par les vainqueurs »  Winston Churchill 

8 mai 1945:   l’armée allemande est vaincue.  Partout en Europe  ce fut la délivrance , l’Allemagne qui avait tenu d’une main de fer toutes les armées européennes , venait de s’effondrer avec la reddition sans condition. L’Armée rouge sera la première nation à pénétrer à  Berlin et à hisser le drapeau rouge sur le Reichstag fumant Il a fallu en effet  une coalition anglo américaine  d’un côté et l’empire soviétique pour venir à bout du nazisme

Le 8 mai fêté en Europe et aux Etats Unis

Il est curieux d’apprendre  qu’au sortir de la guerre tout les peuples européens s’accordaient à dire  que  c’est l’Union Soviétique qui avait battue l’Allemagne Ainsi, une très nette majorité (57 %) considèrent que l’URSS est la nation qui a le plus contribué à la défaite allemande alors que les États-Unis et l’Angleterre, pourtant libérateurs du territoire national, ne recueillent respectivement que 20 % et 12 %. Mais ce qui est proprement sidérant est que cette vision de l’opinion publique s’est inversée de manière très spectaculaire avec le temps, 70 années plus tard, l’apport de l’Union soviétique devenue la Russie a été totalement marginalisé à tel enseigne que son apport ne fut que 23% contre 54% pour les Etats Unis et près de 23% pour l’Angleterre  Une autre information de taille  Il y eut 23 millions de militaires – version basse-  mort dont la part du lion sera celle de l’URSS avec près de 9 millions pour la version basse et 13.9 millions pour la version haute à 30 millions.  ( près de 45 %) Mieux encore  les pertes françaises remontent à 200.000 hommes soit moins de 1%  (1)

Sur ce chiffre la chair à canon coloniale n’est pas en reste. C’est dire si la valeur humaine n’a pas la même signification à l’Est et à l’Ouest. Sur les 200.000  morts  de la  France il y a 15 000 indigènes morts pour la France »

Le 8 mai 1945 en Algérie 

Les rescapés et les blessés rentrent au pays pour prendre connaissance des massacres de masse des Algériens  ce 8 mai 1945  . Les Algériens qui voulaient fêter cela en déposant une gerbe  crurent naïvement que l’heure de l’indépendance avait sonné pour eux ! Cruelle erreur !   La bête qui sommeille en chaque colon -avec l’appui du gouvernement provisoire de de Gaulle, pas encore stabilisé en France-,  longtemps contenue et terrassée par l’armée allemande, eut l’occasion de déverser toute sa haine sur des êtres sans défense. On aura tout dit, en effet de cet événement  tragique consubstantiel de la colonisation cet arbitraire sanglant  à mission civilisatrice  aurait dit Sophie Bessis dans  un délicieux petit ouvrage  publié il y a plus de dix ans mais qui n’a pas pris une ride : «  L’Occident  et les autres :  Histoire d’une suprématie »

Le 8 mai 1945 aura été pour le peuple algérien un marqueur identitaire il y a  un avant et un après 1945. La glorieuse Révolution de Novembre 54 -que le peuple est en train de réinventé avec les outils du XXIe siècle où  Facebook et les réseaux sociaux  sont autant de divisions opposés à un pouvoir  autiste qui vit ses dernières cartouches  en vain –  aurait pris son essor pour certains  auteurs, après le 8 mai 1945 .  C’est faire peu de cas du combat incessant du peuple algérien dont ses différentes composantes depuis  le 5 juillet 1830 qui est pour nous le démarrage à la politique de la terre brûlée de l’armée  de soudards venue se refaire une virginité après  Waterloo  puisque c’est un traître à Napoléon qui trois jours avant la bataille s’est rallié à l’ennemi.  De Bourmont pour ne pas le nommer ajoute à son trophée de traître celui de l’ignominie . Souvenons nous du fameux : «  Je m’engage  sur l’honneur à ne pas attenter aux biens et aux personnes … »

La Révolution de novembre a réussi car la masse critique – comme on dit en physique , à propos  la masse d’uranium capable de permettre la réaction en chaîne et faire exploser une bombe nucléaire-  a été atteinte. Les avanies les meurtres, les atteintes à la dignité à la religion, à l’honneur, le démantèlement des équilibres sociologues tout ceci a contribuer avec l’abjection du pouvoir colonial  à la réussite de la révolution de Novembre

Un massacre de masse innommable 

Si on devait résumer le massacre de masse de mai 1945 et qui s’est prolongé plusieurs mois après avec même des condamnations à mort et des peines de prison tant il est vrai que ce n’était pas une courte colère.  Bref Des Algériens défiles à Sétif pour fêter le 8 mai 1945  la victoire des Alliés et pour ,dans le même temps revendiquer des droits après avoir fait  pour certains leurs devoirs  pour la France des milliers d’Algériens ne revinrent pas des combats.  Bref le préfet de  Constantine  Lestrade Carbonel  donne l’ordre de tirer si un drapeau algérien est brandi.   Le jeunes scout Bouzid Saal sera le premier martyr à Sétif. La marche qui était pacifique se transforma vite en émeute et qui de proche en proche embrasa tout l’est. C’est là que les colons racistes déversèrent toute leur haine c’est le cas notamment du sinistre Achiary à la tête de colons haineux ii fit des carnages . De Gaulle donna l’ordre de mater les troubles il donna même du canon à partir d’un croiseur en mer de l’aviation . Les Algériens et les Algériennes furent terrorisés les  colons  virent une occasion de se refaire une virginité eux qui étaient tous avec Pétain et chantaient Maréchal nous voilà ! ont eu une occasion en or de se défouler. Mieux encore ils firent appel aux  sénégalais, et pire encore aux prisonniers italiens  et allemands ennemis d’hier  amis aujourd’hui contre  un peuple désarmais.

Concurrence victimaire ou réalité

De Gaulle ne fut pas en reste !  Devant ces massacres de masse qui l’ont laissé indifférent, il ne s’est adressé qu’aux siens .L’histoire retiendra qu’il envoya un télégramme de compassion aux familles européennes touchées par les tragiques événements. Il  y eut  107 morts parmi les colons. Les exactions contre les Algériens prirent une autre dimension ce fut un génocide rapide Les estimations divergent concernent le nombre de morts au nombre minimisé par le pouvoir colonial à savoir 1500 morts,    le général Tubert  qui a été empêché d’aller jusqu’au bout de l’enquête  aurait donné le chiffre de 15.000.  L’historienne Annie-Rey Goldzeiguer spécialiste de l’Algérie- décédée récemment-  parle d’un rapport supérieur à 100 ente un colon tué et un algérien  La répression aura duré deux mois  Les Algériens avancent le chiffre de 45.000 morts  soit, en deux mois le quart de toutes les pertes françaises pendant la seconde guerre mondiale  en 48 mois tout en insistant que le fait que près de 15000 Algériens moururent  pour une guerre qui n’étaient pas la leur ! 

Par ailleurs même avec  le chiffre admis de 15000 morts en 60 jours c’est pas moins de 250 morts par jour ou encore 10 morts à l’heure. Soit un  chiffre de un européen tué  pour cent algériens, ce qui effrayant !! Ce semblant d’holocauste où on utilisera aussi les méthodes de la gestapo notamment les fours à chaud, n’est pas un accident sous l’accès de colère. Il a été minutieusement mis en œuvre. C’est toute la haine de l’impuissance vis-à-vis de l’Allemagne qui se déverse sur plus faible et sur les êtres sans défense que l’on précipite du haut des falaises de Kherrata, qu’on bombarde et à qui on fait la suite la Chasse allant jusqu’à réunir 15000 personnes sur la plage et faire le simulacre de l’amen  (soumission). Ces colons  d’Algérie voulaient perpétuer l’ordre colonial et tuer dans l’œuf toute velléité d’émancipation.

La guerre aux faibles

 Dans ce massacre de masses -à défaut d’utiliser le mot génocide  qui est une marque déposée des gardiens du  Temple de la Shoah- il y avait un unanimisme  des différentes tendances françaises de l’extrême gauche du parti communiste qui appelle à châtier les responsables , jusqu’à naturellement la droite avec de Gaulle pour qui l’Algérie c’est la pièce maîtresse de l’Empire français, mal considéré par Churchill et Roosevelt qui lui préférait le  général  Guiraud  tout au long la seconde guerre mondiale, il ne fut d’ailleurs pas averti du débarquement,, il voulait s’imposer aux autres en s’imposant aux faibles des colonies.   Il fallait rapidement reprendre le pouvoir et en imposer aux indigènes. Il aurait cependant été utile pour lui d’écouter le boucher du Constantinois, le général Duval maître d’oeuvre des massacres , qui fort de sa force  conseillait aux politiques : «  Je vous ai donné la paix pour dix ans » . Quelques réformettes sans lendemain devaient amener le peuple algérien à travers les six pionniers à la conviction que les atermoiements de la France, et la naïveté de croire à la solution politique étaient passés. Il fallait se battre pour se faire entendre et ceci  jusqu’à l’indépendance.

Et maintenant ? 

Tout en nous recueillant à la mémoire des martyrs de 1945 Nous devons prendre exemple sur les architectes de la révolution de Novembre pour la plupart trentenaires et moins. C’est pour nous une halte au moment ou une fois de plus le peuple veut avoir son indépendance qui l’a tenu prisonnier d’une vision où les dirigeants pensaient comme les colons qu’ils étaient là pour l’éternité à faire suer le peuple , à ne pas rendre compte et surtout à le mépriser qui fait que la fine fleur de ce pays le quitte de toutes les façons possibles, hargua avec ou sans visas.  Nous  sommes au XXIe siècle , place à la jeunesse , au savoir , aux nouvelles légitimités du neurone qui sont les seuls à pouvoir faire propulser le pays vers la modernité. 

Depuis le 22 février 2019 le peuple algérien a renoué avec son âme de combattant après une léthargie de 57 ans et notamment ces  deux dernières décades où en plus des travers classiques des gouvernants, de  leurs addiction  pour le pouvoir de leur mépris du peuple nous devons citer une faune , les prédateurs  qui ont mis le pays en coupe réglée.  Aucun pardon, aucune peine ne sera réduite si ces vautours ne restituent pas les biens accumulés. Il est nécessaire que justice se passe pour que chacun chasse qu’il y a des lois qu’il faut rendre compte. 

Nous devons écrire l’histoire avec un grand H  et savoir réellement ce qui s’est passé dans cette période douloureuse  De même que seront réétalonnées nos relations avec les pays notamment dans le cadre de l’écriture de l’histoire otage à la fois de l’ancienne puissance coloniale mais aussi du système pour qui certaines histoires sont taboues.  C’est à ces conditions que de nouvelles relations pourront être nouées dans l’égale dignité des deux peuples loin de toute vision paternaliste ou de françafrique…..

Professeur Chems Eddine Chitour

Article relu et validé par Mustapha Zentar pour Maghrebscope.

About Maghrebscope

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *